Juil
15

Xiaolong Qiu

Mis en ligne par : Laure

Xiaolong Qiu

Qiu Xiaolong est né à Shanghai en1953. Durant la Révolution culturelle, son père est taxé de « capitaliste » et lui d’« enfant de traître ». Privé d’école, il étudie l’anglais seul afin de pouvoir lire autre chose que Le Petit Livre rouge.

 

En 1976, il soutient une thèse sur T.S. Eliot, commence à traduire et à écrire de la poésie. Invité à poursuivre ses recherches à Saint-Louis, aux États-Unis, il décide de s’y installer définitivement après les événements de Tian’anmen. Son nom circule alors parmi les sympathisants du mouvement démocratique, et il ne pourra pas retourner en Chine avant de nombreuses années.

 

Mais c’est dans une chambre d’hôtel de Shanghai qu’il entame en 1997 l’écriture, en anglais, de Mort d’une héroïne rouge, la première enquête du camarade-inspecteur ChenCao. Traduits dans 20 pays, ses livres se sont déjà vendus à plus de un million d’exemplaires à travers le monde, dont plus de 500 000 en France.

Les enquêtes de l’inspecteur Chen

Mort d’une héroïne rouge Liana Levi mars 2001 « Points policier », n° 1060janvier 2003



Visa pour ShanghaiLiana Levi janvier 2003 « Points policier », n° 1162 février 2004 

Encres de ChineLiana Levi février 2004 « Points policier », n° 1436mars 2006



Le Très Corruptible MandarinLiana Levi mars 2006  « Points policier », n° 1703 mai 2007

De soie et de sangLiana Levi mai 2007 « Points policier », n° 1939 mai 2008 

La Danseuse de MaoLiana Levi mai 2008 « Points policier », n° 2139 avril 2009



Les Courants fourbes du lac TaiLiana Levi mai 2010 « Points policier », n° 2607 avril 2011



Cyber ChinaLiana Levi juin 2012 « Points policier », n° 3053 juin 2013

Dragon bleu, tigre blancLiana Levi mars 2014 « Points policier », n° mai 2015







Recueils de nouvelles de la Poussière Rouge

Cité de la Poussière RougeLiana Levi août 2008 « Piccolo », n° 69mars 2013



La Bonne Fortune de monsieur Ma « Piccolo », n° 78février 2011

Des nouvelles de la Poussière Rouge«Piccolo» n°95mars 2013

 

Titre dernier roman :

Il était une fois l’inspecteur Chen (Liana Levi octobre 2016)

traduit de l’anglais (États-Unis) par Adélaïde Pralon

À paraître le 3 octobre 2016

 

En quelques mots

La dixième enquête de l’inspecteur Chen est en fait la première. Qiu Xiaolong revient sur la jeunesse de son personnage fétiche et ses débuts dans la police. En toile de fonds, la Révolution culturelle, les absurdités de la politique de Mao et les conversations du soir dans le quartier shanghaien de la Poussière Rouge.

 

Le Livre

Pendant la Révolution culturelle, l’inspecteur Chen n’est qu’un adolescent en but aux humiliations: sa famille lui vaut l’étiquette de « chiot noir ». À la fin de cette sombre période, il est engagé en tant que traducteur dans un commissariat de Shanghai. Là, il est intrigué par le meurtre de Fuà qui il s’identifie : propriétaire d’un commerce de fruits de mers florissant, la victime vivait Cité de la Poussière Rouge. Elle aussi avait été humiliée et dépouillée dans les années où sévissaient les « gardes rouges » (expropriation, spoliation, vol des bijoux de sa femme).Très vite, Chen découvre que ce fin gourmet a reçu une énorme compensation pour ce qu’il a enduré. Sa nouvelle richesse a alors attiré toutes les convoitises. La clé de l’affaire est sans doute là…Chen finit par démasquer le coupable. Il est titularisé inspecteur par le secrétaire du Parti Li qui se félicite d’accueillir un intellectuel au sein de la police. Tel est le début d’une longue et imprévisible  carrière…pour le plus grand plaisir des lecteurs !

L’enquête, au centre du roman, est émaillée d’anecdotes, de souvenirs, de portraits des personnages croisés dans les précédents romans de Qiu et de réflexions personnelles qui expliquent toute la complexité et la richesse de ce policier hors du commun.

 

Photo, copyright : Sophie Bassouls