Mar
20

L'association


Auteur : ARDN

Parce-qu'on est pas les mieux placés pour parler de nous, on a prété notre plume à JBP :

 

presentationD’abord, en France, il faut bien admettre qu’il y a beaucoup plus de festivals littéraires « polar » que de salons « blancs ». Donc les premiers ont intérêt à se démarquer pour ne pas ressembler à ces TGV pleins d’écrits vains qui se déplacent, comme des veaux, pour aller s’empiffrer de foie gras, se torcher au champagne et tenter de se débarrasser d’une armée d’attachées de presse, qu’ils aimeraient, en fait, attacher sur le lit anonyme d’une chambre d’hôtel pour leur faire subir les outrages qu’ils n’ont pas su exposer dans leurs romans inopérants. Au moins, ici, à Pau, pour prendre un exemple au hasard, on a droit à un funiculaire pusillanime et à des langues de canard. On espère que ces palmipèdes ne vont pas, cette année, se venger et transformer la fiesta en remake d’Hitchcock.
Qu’est-ce que c’est qu’un festival polar, un festivolar ? C’est d’abord un événement créé, organisé, accompli par toute une bande de bénévoles échevelés (au début virevoltants, à la fin crevés comme de vieux pneus) pour permettre à des (h)auteurs de se torcher de conséquence, dédicacer leurs œuvres par piles (ce qui, en soi, est un mystère), pérorer face aux amateurs éblouis,  se mettre, quelquefois, à oser chanter du rock and roll, et chercher, dans l’assistance, celui, ou celle, qui pourra le ramener vivant jusqu’à son lit de fortune.
On peut le deviner, dans cette configuration, le festivolar est une joie sans cesse renouvelée, un épuisement certain et surtout un moyen imparable pour se faire des amis, des sbires, des relations aussi durables qu’un café Max Havelaar. Et puis c’est là qu’on fomente. Des revues, des collections, des évènements. C’est là que l’on rencontre une peuplade étrange mais indestructible, le « petit éditeur courageux de province », qui en aura, au cours des ans, fait plus pour le polar, que les cadors parisiens. C’est lors de ces manifestations, assez débridées en général, que l’on voit le vrai visage des auteurs que l’on admire par ailleurs. Ce qui évite de trop mythifier ce putain d’écrivain qui n’en finit pas de ringardiser sa propre mythologie.
Et puis, ce qui est le plus important, le festivolar permet d’oublier enfin Paris, et le XIe arrondissement, dont on nous rebat les oreilles, si possible au moment des rentrées littéraires et des prix qui ne le sont pas moins. Le polar, c’est toute l’année, et partout. Dans nos « régions ». C’est l’occasion d’aller dans des bleds où l’on n’aurait jamais foutu les pieds, en revenir, la besace bourrée de spécialités locales et de cartes postales immémoriales.
Sur place, on peut embrasser son auteur chéri (sur les joues). Lui payer un coup tranquille. Et même se le faire payer, si affinités. On peut aussi lui confier, sans qu’il fasse la gueule, que, dans son dernier, il ne s’est pas beaucoup foulé. On peut, tranquille, lui demander ses coordonnées. On peut prendre la bête en photo au moment où il se lâche vraiment. Mais, là, faire gaffe. Maintenant, il y a fesse bouc.


  • Le funiculaire
  • Le funiculaire

Les lieux du festival

  • Kiosque, Place Royale
  • Funiculaire
  • Théâtre Saint-Louis
  • Pavillon des Arts
  • Chapelle de la Persévérance
  • Cinéma Le Méliès
  • Médiathèque André Labarrère
  • Amphithéâtre de la Présidence de l’UPPA
  • Librairie l'escapade à Oloron

 


  • Ecole Internationale de Pau
  • Médiathèque Trait d’Union à Pau
  • Médiathèque André Labarrère à Pau
  • Médiathèque Louis Aragon à Tarbes
  • Médiathèque de Jurançon
  • Médiathèque de Billère
  • Bibliothèques d'Arudy et de Denguin
  • Librairie Hirigoyen Bayonne
  • Librairie Tonnet Pau

carte accueil 2016